La voix des commerçants électroniques du Québec

La voix des commerçants électroniques du Québec

1112
2
SHARE

J’ai découvert récemment le Regroupement des Commerçants Électroniques du Québec ( RCEQ ) qui a pour vocation de regrouper, développer et représenter les commerçants électroniques d’ici, acteurs principaux de cette industrie au Québec, en les accompagnant et en veillant à leur promotion et leur développement.

Cofondé,en novembre 2013, par Mathieu Halle et Virginie de Malavois, le RCEQ se veut être la voix des cybercommerçants québécois.

Ils ont, entre autres, répertorié 450 sites québécois de commerce en ligne B2B/B2C. Bien que cette liste n’est pas complète, c’est quand même un bon début pour se retrouver.  Leur plus grand souhait ? Agir au nom de tous auprès des instances de développement économique et des différents paliers gouvernementaux afin de faire valoir les intérêts de l’industrie.

Pour y parvenir, ils développent différents partenariats avec des acteurs locaux et communiquent régulièrement avec leur clientèle cible au moyen des médias sociaux et de leur infolettre. Grâce au RCEQ, les cybercommerçants québécois peuvent avoir accès à différentes informations utiles qui peuvent les aider dans le développement de leur boutique en ligne.

Je vous invite fortement à aller voir leur site Web. Vous y retrouverez, entre autres, des études qui pourront vous aider à mieux connaître votre industrie. La plus récente porte d’ailleurs sur l’estimation des pertes économiques et fiscales attribuables aux dépenses personnelles en ligne hors Québec des consommateurs québécois.

On peut y lire, par exemple, que les internautes québécois sont réticents à faire des achats en ligne sur des boutiques québécoises. En moyenne, ils dépensent chacun entre 1000 et 2000$ en ligne annuellement. Les commandes en ligne représentent 10% du commerce au détail, soit entre trois et six milliards de dollars.

Fait intéressant, n’est-ce pas ?

De plus, selon Mathieu Halle, l’un des défis auxquels sont confrontés les commerçants québécois est le manque d’encadrement pour le développement de leurs boutiques en ligne. Il les invite d’ailleurs à s’entraider entre eux et à ne pas hésiter à s’informer auprès du RCEQ afin de connaîte les différentes solutions qui peuvent leur être utile pour leur développement.

Tout cela me confirme à quel point ce blogue, propulsé par Amikash, arrive juste à temps.  Et je suis contente de pouvoir y contribuer.

À vous la parole maintenant, afin de m’aider dans la rédaction de prochains articles, j’aimerais beaucoup connaître vos défis en tant que cybercommerçants en ligne. Partagez moi les dans les commentaires. Je communiquerai aussi vos observations au RCEQ.

A+




  • http://www.gingrasaudet.com/ Olivier Gingras-Audet

    Je ne connaissais pas… C’est super qu’on commence à s’unir et s’organiser en tant que e-comers!

    • http://www.kimauclair.ca/blog Kim Auclair

      Oui effectivement. Trop dépense une fortune pour le lancement de leur boutique. Ils économisent beaucoup en s’entraidant. Tu as une boutique en ligne Olivier ?